Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les résultats du budget participatif

Les résultats des votes pour les projets proposés dans le cadre du budget participatif sont désormais connus. Deux projets d'Action Barbès avaient été retenus, dont un en collaboration avec les associations Demain La Chapelle et SOS La Chapelle (voir notre article du 10 septembre 2018).

paris,paris 10e,paris 18e,budget participatif,promenade urbaine,église saint bernard

Quelle déception! Après avoir refusé notre proposition d'embellissement des murs de Lariboisière par des artistes, au prétexte que ce ne serait pas un projet pérenne (alors même que la maire du 10ème arrondissement nous avait vivement encouragés à représenter cette idée déjà émise en 2015), le projet présenté avec les associations SOS La Chapelle et Demain La Chapelle sur la mise en lumière du viaduc du métro n'a pas recueilli suffisamment de votes. Certes, les résultats ne sont pas contestables puisque tout le monde pouvait donner son avis. Mais pour le projet qui devait compléter la Promenade urbaine, nous avions quelques doutes puisqu'il avait été déposé en projet parisien et pas local. Quel intérêt pour le Nord de Paris pour les habitants des autres arrondissements ? Nous ne nous sommes pas trompés. Nous devrons compter sur les 200 000€ obtenus en 2015 et sur ce que la ville voudra bien mettre sur le budget de la Promenade urbaine. Tiens, d'ailleurs, nous n'avons plus aucune nouvelle de ce côté-là. 

Concernant les projets retenus dans nos quartiers, un projet nous laisse interrogatifs quant à sa mise en œuvre : "Des couleurs éclatantes à la Goutte d'Or et à la Chapelle".

En effet, dans ce projet, qui concerne aussi le quartier de la Chapelle, on trouve cette proposition : "Sur le terrain de basket du TEP de la Goutte d'Or, des couleurs vives. Le terrain détonnera dans le paysage urbain avec un design qui tranche dans ce quartier historique de Paris." Rappelons que ce terrain de sport est à quelques mètres et en co-visibilité directe avec l'église Saint-Bernard de la Chapelle, une construction néogothique classée Monument historique. Nous ne sommes pas hostiles au street art en général, mais en l'occurrence, nous sommes dubitatifs face à ce projet "qui détonnera", alors que les habitants réclament le respect de l'aspect faubourien et historique du cœur de la Goutte d'Or. Reste à savoir quel sera l'avis -obligatoire- des architectes des Bâtiments de France à ce propos. Une autre question se pose au sujet du délai de réalisation de ce projet. On sait qu'il faut souvent plusieurs années avant que soient réalisés les projets retenus au budget participatif parisien, alors que ce terrain est promis à être restructuré lors de la rénovation urbaine de ce secteur qui s'annonce. Doit-on comprendre que ce projet sera éphémère ? On ne saurait y croire, car notre proposition de fresques sur les murs de Lariboisière a précisément été écartée pour ce motif. Ou alors, ce projet ne serait réalisé qu'après des travaux qui ne seront pas achevés avant plusieurs longues années ? Voilà qui demande des éclaircissements, ce que nous manquerons pas de faire dès que l'occasion se présentera.

 

Commentaires

  • On sent la patte du nouveau président d'Action Barbès sur les problématiques concernées :)
    Bonne chance pour le reste et au plaisir de lire les nouveaux posts à venir

  • Le choix de la Ville de placer la "rallonge" de budget pour l'éclairage du viaduc Barbès-Stalingrad dans les "projets tout Paris" ne nous avait pas emballés au départ. La proposition était celle d'un éclairage haut de gamme, c'est vrai, et cher, forcément. Mais comme vous le dites très bien, quel intérêt avaient les Parisiens des autres arrondissements de voter pour un projet local, et de surcroit situés dans les quartiers dits populaires et, cerise sur le gâteau, pour y faire "joli". Il aurait été question de faire du bien, du propre, en gros de se glisser dans la fibre sociale, on aurait pu trouver des bonnes âmes pour le voter. Mais faire du beau dans les quartiers popu ?

    Quand on analyse les projets choisis : (extrait de la lettre de Pauline Véron)
    Les projets « Tout Paris » lauréats de cette cinquième édition du Budget Participatif sont les suivants :

    1. Plus d'efficacité pour la propreté (1.500.000€, 37111 votants)
    2. Paris championne du climat (4.500.000€, 29988 votants)
    3. Prévenir et guérir : priorité santé pour les quartiers populaires (3.700.000€, 23676 votants)
    4. Une voirie pour toutes les mobilités (6.500.000€, 23056 votants)
    5. Pour une gestion de l'eau améliorée (4.000.000€, 20891 votants)
    6. Quartiers populaires : reconquête de la Petite Ceinture (4.800.000€, 19211 votants)
    7. Du sport pour toutes et tous dans les quartiers populaires (6.700.000€, 16253 votants)

    On constate que tous ces projets ont un caractère global pour l'ensemble de Paris, ou quand ils concernent les "quartiers populaires" ils visent large aussi (la santé, l'environnement, le sport). Je ne dis pas que la Ville ne se préoccupe pas des quartiers populaires, mais elle se concentre sur les urgences, la santé, la propreté, le sport, sans voir que ces quartiers peuvent aussi apprécier des améliorations de qualité, des voiries bien pensées, des aménagements tenant compte des contraintes locales, que ces quartiers ne sont pas seulement des lieux où personne ne respecte rien, et qu'en conséquence il est peine perdue de faire des efforts pour autre chose que le nécessaire.
    Action Barbès en présentant le projet de la Promenade Urbaine en 2014 à une Anne Hidalgo pas encore maire, faisait le pari d'un changement d'environnement sur cet axe délaissé par les précédents aménagements (Clichy-Rochechouart, Magenta et Barbès). L'association y voyait la possibilité de rénover d'une part de boulevard de la Chapelle, toutes les traversées, les croisées de routes, les abords de chaque côté et leurs commerces, créer un nouvel attrait à cette promenade — qui le fut il y a bien longtemps — et lui donner de l'attractivité (cette fameuse attractivité dont la charge incombe à Olivia Polsky, comme la bonne tenue du marché de Barbès!). Et d'autre part ce faisant, rétablir une sécurité dont on sentait bien qu'elle disparaissait au fil des occupations hasardeuses et multiples et pas toujours souhaitées.
    Ramener la vie, la lumière, le commerce, n'est-ce pas aussi un projet qui peut convenir aux quartiers populaires ? autant que la santé, le sport, les espaces verts ?

Écrire un commentaire

Optionnel