Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Norouz, le Nouvel an iranien

Ces derniers temps, et depuis que s'est engagé notre travail commun avec deux associations du quartier de la Chapelle, nous nous sommes souvent réunis au Sohan café, 30 Bd de la Chapelle que tient et anime avec dynamisme Lisa, iranienne installée à Paris depuis de longues années (voir notre article du 7 décembre 2017).

Nous souhaitons donc la remercier publiquement de son accueil chaleureux et avec elle célébrer le Nouvel an iranien : Norouz. C'est le nouvel an du calendrier persan mais aussi le premier jour du printemps. Norouz signifie nouveau jour (no=nouveau et rouz-jour) et aussi le retour de la lumière !

Ce n'est pas une tradition musulmane mais étant donné la popularité de cette célébration au cours des siècles, on l'évalue à au moins 3000 ans, et encore de nos jours, les plus réticents ont fini par lui donner toute sa place, y compris l'Iran contemporaine et sa république islamique. On retrouve cette tradition dans beaucoup de pays qui ont été influencés par l'Empire perse dans l'histoire. (voir pour plus de détails ici) .

Ce 21 mars, Lisa organise la fête dans le 13ème arrondissement au Petit Bain, 7 Port de la Gare, de 19h à minuit. Le Sohan café aurait été trop petit pour accueillir les 150 personnes attendues.

paris,sohan café,iran

Puisqu'il s'agit ici de l'Iran, nous saisissons l'opportunité de dire combien nous avons été choqués en début de mois par les incidents qui ont troublé la manifestation en faveur de la lutte pour les Droits des femmes. Nous avons lu dans la presse que le 8 mars à Paris, des manifestantes portant des pancartes de soutien aux femmes iraniennes qui courageusement prétendent abandonner le voile islamique auraient été molestées par un groupe défendant une tendance inverse. Cette agression à l'encontre d'un droit fondamental, celui d'afficher une opinion dans le cadre d'une manifestation autorisée, nous paraît grave, et de bien mauvais augure pour la quiétude de notre démocratie. Nous avons lu une tribune sur le net, écrite par Christine Le Doaré, féministe de longue date et militante du mouvement LGBT, que nous vous proposons tant elle nous semble intéressante, mesurée et digne d'intérêt (à lire ici).

 

Écrire un commentaire

Optionnel