Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Municipales 2008 : fin de partie

Nous avons maintenant en mains les résultats des municipales à Paris et nous pouvons les analyser sereinement.

Il n’est pas douteux que la victoire de Bertrand Delanoë est nette : en voix (minoritaire en 2001, largement majoritaire en 2008), en nombre de sièges (plus 23 sièges pour la seule liste PS/PRG). La majorité municipale est plus large essentiellement par le rééquilibrage des sièges obtenus par les listes PS/PRG au détriment de l’ancienne opposition (MoDem moins 9 sièges) mais aussi des partenaires Verts moins 8 sièges, PCF moins 3 sièges et MRC moins 2 sièges. Bertrand Delanoë a donc les coudées plus franches et quand bien même la seule liste PS/PRG n’obtient pas la majorité (75 sièges pour une majorité à 82), il n’a pas beaucoup de soucis à se faire avec l’apport du PCF (8 sièges) et du MRC (5 sièges) lui donnant 88 sièges sans Les Verts.

La défaite de l’UMP et de ses alliés à Paris si elle est réelle n’en est pas moins relative puis que de 63 sièges elle passe à ... 63. Il faut néanmoins regarder ce chiffre avec prudence car le comportement de certains dans ce groupe reste inconnu. La défaite est celle de l'UMP, divisée malgré les apparences, qui perd 3 sièges au profit de dissidents comme dans le 8ème.

Donc, en y incluant les deux sièges Divers Gauche du 19e,  dans sa configuration actuelle, la majorité de gauche compte 99 sièges (88 antérieurement) et l’opposition 64 en y incluant le Modem (75 antérieurement). Vue sous cet angle, la victoire de Bertrand Delanoë est incontestable, la défaite de Françoise de Panafieu relative et celles de Marielle de Sarnez et de Denis Baupin certaines.

Mais à y regarder de plus près, ce n’est pas le triomphe que certains socialistes espéraient et auquel Bertrand Delanoë lui-même devait sans doute aspirer pour mieux marquer son emprise personnelle sur le PS : aucun arrondissement détenu par la droite n’est tombé à gauche. Si la victoire de Mme Blumenthal dans le 12ème est très nette, celle de Jean Tibéri dans le 5ème et les espoirs déçus suite à la très belle performance d’Anne Hidalgo dans le 15ème au premier tour sont venus rappeler Bertrand Delanoë aux réalités, tout comme le score inattendu de Jacques Boutault dans le 2ème.

Dans le 9ème, le succès de Jacques Bravo est lui aussi indiscutable. Avec 63% des voix exprimées contre 52% en 2001, il fait mieux que conforter sa position : il n’est pas douteux que nombre d’électeurs du centre et même de droite ont voté pour lui.

Les atermoiements de la droite ont-ils servi Jacques Bravo ? C’est probable mais certainement pas décisif. Le comportement de Pierre Lellouche d’une part, l’inadaptation du discours et des propositions des candidats de la liste UMP au cours de la campagne sont plus surement les éléments qui expliquent sa défaite.

Sur le plan pratique, notons quand même que la nette victoire de Jacques Bravo ne change rien au plan du fonctionnement de notre Conseil d’arrondissement puisque sa liste conserve les 11 sièges qu’elle détenait déjà et l’opposition elle conserve ses 3 sièges. La différence réside dans la composition de la majorité municipale puisque de 3 élus dont une Conseillère de Paris, Les Verts se voient réduits à une seule élue et seulement Conseillère d’arrondissement en la personne de Nicole Azzaro. Il est clair que Jacques Bravo a ainsi une majorité plus à sa main, ses alliés PCF (une élue), PRG (un élu) ne devant pas lui poser beaucoup de problèmes.

Le vrai changement dans notre Conseil d’arrondissement se trouve dans la personnalité des élus « non politiques » qui la composent. Philippe Torreton, Frédéric Hervo,  Amina Bécheur, Thierry Cazaux font partie de cette catégorie dite « société civile » dont nous ne pouvons pas savoir à l’avance quel sera leur comportement. Aucun procès d’intention dans ces propos mais 4 personnalités « civiles » sur 11 élus de la majorité, cela compte.

Changement aussi dans l’opposition dont il faut espérer qu’elle sera plus active que par le passé

Le changement réside aussi dans la garantie que les candidats ont donnée à propos de leur assiduité à s’occuper des affaires de notre arrondissement à l’inverse du comportement de certains d’entre eux, qu’ils soient de l’ancienne majorité ou de l’ancienne opposition.

Le premier Conseil d’arrondissement se tiendra le samedi 29 mars. La surprise ne viendra pas de l’élection du Maire qui ne fait l’objet d’aucun doute, mais du rôle assigné à chacun pour les 6 années à venir.

MAJ : un lecteur attentif et fidèle - que je remercie - me signale que Frédéric Hervo est en fait un militant socialiste, ce que j'ignorais. Dont acte et seulement 3 représentants de la société "civile" donc.

Récapitulatif : Conseil de Paris

 

Nombre d’élus

2001

2008

PCF

11

8

PS / PRG

52

75

Les Verts

17

9

MRC

7

5

Divers gauche

 

2

MoDem

10

1

UMP

53

50

Divers droite

10

13

Non inscrits

3

 

Total

163

163

Commentaires

  • Assez d'accord sur l'ensemble de votre analyse (Boutault n'était pas deuxième au premier tour?). Sur les personnes d'ouverture, je pense que si Bravo a reconstitué sa liste pour y tenir une majorité, il a du faire attention à qui il demandait de le rejoindre. Une mauvaise surprise est donc peu probable?

  • Les chiffres parlent : malgré le même nombre d’arrondissement , l’UMP a été sévèrement défait lors de ces 2 tours. Pour illustrer la crise au sein du groupe de F.de Panafieu, lire la déclaration (ref Le Monde) de V. Vasseur (UMP) candidate sur la liste du XIIème pour comprendre ce qui est entrain de se tramer dans le groupe l’UMP de Paris.
    Le PS et PC ont la majorité absolue au conseil de Paris. De ce point de vue, B. Delanoë a atteint son objectif.
    Le PS et son allié ont toutes les cartes en mains pour transformer la capitale et, comme s’est engagé B. Delanoë, donner un temps d’avance par rapport aux autres capitales Européennes. Seront-ils à la hauteur des attentes ?
    Une telle majorité est à la fois un atout et un danger. Surtout si, B. Delanoë vise une fonction nationale. En effet, le N°2 (P. Bloche) me semble loin pour l’instant mais, c’est forgeant que l’on devient forgeron.
    Le dossier « Paris Métropole » Vs « secrétariat au Grand Paris » nous permettra d’avoir enfin connaissance des 2 propositions.
    La « révision du PLU (dans objectif des tours) » devrait tester la perméabilité du « nouveau groupe » PS aux propositions des « Verts ».

  • L'analyse est intéressante, mais pour la pousser dans le détail, on peut se demander quels courants du PS ont été représentés. L'absence (quasi totale) de pro Ségolène est explicable (ils sont minoritaires dans les sections PS de Paris), mais elle est peut-être une indication de l'impression de léger gâchis (le score aurait pu être plus large).
    Bref, derrière le triomphe, il reste quels grincements de dents...
    On a vu ça au Café des blogs!

  • Bon alors maintenant que la campagne est terminée, on va peut être changer de sujet sur ce blog ... sinon on peut passer son temps à commenter ce qui se passe dans l'équipe municipale ou a la section du PS.
    Juste un truc : si cela vous interesse tellement adherez ! je crois que cela peut encore se faire par internet ! Au moins vous pourrez mettre en application toutes ces idées sur la démocratie locale etc
    Une juste est de commenter une autre est de faire ....
    sinon puisque le second degré est de mise dans les commentaires notamment de bernard, nouvelle proposition de titre pour le blog
    Le blog d'un habitant du neuvième qui aime regarder et commenter ce que font les autres...
    ;-)

  • Ben moi je crois que commenter c'est faire quelque chose !

  • @Juliette
    On peut commenter et faire. Dans le premier cas, c’est le « faire savoir », dans le second, c’est le « savoir faire ». C’est toute la différence entre la scolastique et l’usage de la « truelle » Personnellement, j’adhère plus volontiers au second outil, sans négliger l’avis des citoyens qui, prennent quelques minutes pour faire remonter des infos du terrain.
    Je modère les commentaires dithyrambiques et exècre les propos plein de fiel
    @Eric
    A propos du « triomphe plus important » :que les pro Royal soient minoritaires à Paris, c’est évident puisque, lors de la compétition interne (désignation candidat présidentielle), c’est DSK qui était arrivé en tête.
    Mais au-delà de cette constatation, la bataille pour la conquête du secrétariat du PS a déjà commencé depuis quelques mois et a effectivement a eu comme conséquence le classement des candidats sur les lites "un temps d'avance". De ce point de vue, rappelez vous la déclaration de .S Royal au soir du 1er tour concernant le « MoDem »
    Après le 16 Mars et l’échec du MoDem (qui se voulait l’arbitre du scrutin : personnellement je n’ai jamais vu un arbitre qui ne bouge pas du centre), la tentative de S. Royal se complique singulièrement et pas qu’à Paris.
    La bataille pour le secrétariat ne se résume pas à une lutte d’ego.

  • J'entends dire par quelques médisants que l'appel de S. Royal a un accord avec le MoDem pour le second tour avait pour but implicite que cet accord ne fasse pas car seul un accord avec le MoDem pouvait permettre à Delanoë de gagner un arrondissement supplémentaire, signe explicite d'une victoire que Mme Royal ne voulait pas ! Bon, les faux amis des uns et des autres sont à l'oeuvre ! le PS ne va pas y gagner mais je modère mes propos car Juliette va encore me reprocher mes commentaires :-)

  • Bien compliqué ce raisonnement. C’est machiavélique !
    La Huguenote du Poitou, éducation oblige, a de la constante dans ses idées : elle veut transformer le PS en Parti Démocrate (façon anglo-saxon) mais, tous les caciques ne l’entendent pas de cette oreille ! Non pas par rapport à un désaccord profond sur sa ligne politique, mais pour éviter de se chercher un job dès les prochaines élections.
    Le prochain congrès du PS nous réserve peu de surprise sur l’orientation politique. On devrait avoir un bis repetita placent du congrès de Rennes mais cette fois, anti S. Royal.
    Le PS est au bord de l’implosion : lire ou relire les débats PS/PC/ext gauche lors des élections municipales de la ville d’Evreux. La liste PS(‘’dissident’’)/PC/ ext gauche a battu, non seulement le candidat OFFICIEL du PS mais aussi l’UMP
    A quoi sert un PS hégémonique au chevet d’une « gauche » moribonde ?
    j'espère que je ne suis pas hors sujet?

  • Non non, mais par contre on est plus dans le commentaire clair et apaisé.

    En ce qui concerne Royal, elle a quand même un problème majeur: elle est détestée du centre alors que c'est sa stratégie politique. Dans le sondage OpinionWay pour quel meilleur premier secrétaire, elle arrive troisième loin derrière DSK et Delanöe, uniquement à cause du centre, qui la rejette nettement. Et à la présidentielle, elle a fait le plein des voix à gauche mais clairement elle en a perdu beaucoup au centre. Je suis frappé par le fait que malgré tous ses efforts, pour l'instant elle consolide les bases politiques de son échec.

    En ce qui concerne les arrières pensées diverses et variées... je me méfie des lectures d'entrailles de poulet.

Les commentaires sont fermés.