Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Municipales 2008 : une réunion difficile pour Delphine Burkli

L’idée de la candidate UMP n’était pas mauvaise : organiser une réunion publique commune entre les 8ème et 9ème arrondissements pour traiter un sujet spécifique, en l’occurrence la santé, et demander au Ministre en charge, Roselyne Bachelot, d’y participer.

Dans une salle fonctionnelle de la Maison des Agriculteurs rue d’Athènes, une petite centaine de personnes se sont donc retrouvées hier soir. Pour l’essentiel des médecins libéraux mais aussi quelques pharmaciens et autres métiers de la santé.

Dans un discours introductif assez général, Roselyne Bachelot a présenté les axes des réformes qu’elle souhaite mettre en place avec notamment les Agences Régionales de Santé. Elle a insisté sur le rôle spécifique des élus qui, de par leur proximité avec les gens, ont une mission particulière à remplir surtout en ce qui concerne la prévention. Utilisant une expression difficile à comprendre – démocratie sanitaire – elle a également évoqué la nécessaire coordination entre la médecine de ville et la médecine hospitalière, notamment pour les urgences.

Est-ce par manque de préparation, une organisation pas tout à fait au point, il se  trouve que la Ministre n’a pas pu rester pour participer au débat ce qui a eu pour conséquence de mettre très en colère un grand nombre de participants, pourtant proches politiquement de l’UMP mais qui souhaitaient obtenir de Roselyne Bachelot des réponses précises à leurs problèmes. Le débat a certes continué sans la Ministre mais la frustration était sensible.

Commentaires

  • C'était réservé aux médecins? J'en ai pas entendu parler de cette réunion?

    Deux points amusants dans le discours de Bachelot:
    "l'engagement caritatif": c'est fou les questions de vocabulaire! Entre charité et solidarité.

    "Je sors tous les soirs" donc je ne peux pas soutenir tous les candidats. Ce n'est certainement pas ce qu'elle a voulu dire, mais ça lui donne une image sympa! :-)

  • Burkli en fait doit viser le poste de deputé de Lellouche, elle a confondu circonscription et arrondissement

  • @Tonio : c'était ouvert à tout le monde et annoncé sur le site de D. Burkli - c'est marrant par ce que les propos que vous relevez ont également attiré mon attention

  • « le rôle spécifique des élus qui, de par leur proximité avec les gens, ont une mission particulière à remplir surtout en ce qui concerne la prévention » … « Démocratie sanitaire » !
    Mme Bachelot reprend à son compte l’idée des « agences régionales de santé » qui date de 1993.
    (F. Bayrou avait repris cette même idée dans sa campagne présidentielle). Qui a dit que le cycle de gestation était long ?
    Il me semble que l'A.R.S. était conçue comme l'exécutif de la politique régionale de santé élaborée par un conseil régional de santé composé d'élus, de professionnels et d'usagers.
    Compressé (faute de temps) par Mme Bachelot cela donne :"Démocratie sanitaire" C'est probablement l'habitude d'envoyer des S.M.S à ses collègues
    Mme Bachelot aura-t-elle le temps de mettre en route ces ARS ?

  • Après la campagne, quid des ARS ?
    La campagne municipale est terminée mais les annonces et (certaines) promesses de campagne prennent forme. Depuis le meeting ci-dessus , le concept de l’ARS a pris corps . Selon M. Ropert (directeur général de la CRAMIF) : « la mise en place des ARS est d’augmenter l’efficacité du pilotage régional de la santé sous l’égide d’un seul pilote »(…)« Les ARS réuniront la prévention, les soins de ville, l’hospitalisation et le médico-social »(…) « c’est une création sui généris »
    Le projet de loi (Patients , santé, et territoire) doit être présenté au Conseil des Ministres en septembre puis, au Parlement vers fin 08, pour adoption 2009 et une mise en action début 2010.
    Toujours selon M. Ropert pour le régime général, il est envisagé la dispartion des CRAM (caisse régionale assurance maladie) qui doivent se tranformer en caisses régionales d’assurance vieillesse et accidents du travail. Il y aura UNE ARS par région ! Le pilotage sera assuré par un conseil stratégique de la santé où siégeront les directions centrales des administrations concernées et les directeurs des 3 caisses nationales d’assurance maladie (santé, vieillesse ; alloc famille)
    Pour le « vulgum pecus » tout cela est bien technique et complexe donc, pour faire court, la mise en place de l’ARS va permettre des transferts de financement du sanitaire vers le médico-social.Autrement dit , la réduction des dépenses de santé, réduction des lits d’hospitalisation,baisse des remboursements permettront de financer les places en maison de retraite.

Les commentaires sont fermés.