Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Préparation des élections législatives et municipales

    Les Verts

    Nous continuons notre petit tour d’horizon commencé en octobre dernier concernant les partis politiques et la préparation des élections en 2007 et 2008. Après l’UMP et le Parti Socialiste, regardons ce qui se passe chez Les Verts.

     

    Certes, c’est un cliché mais Les Verts sont un peu le poil à gratter de l’actuelle majorité municipale. Avec 24 élus au Conseil de Paris (51 au Parti Socialiste), les relations du Maire de Paris avec ce partenaire ne sont plus exactement ce qu’elles étaient au début de la mandature. L’importance prise par Denis Baupin en charge des transports au sein de la municipalité et les controverses engendrées par sa politique vis à vis des voitures, les relations tendues lors du vote du Plan Local d’Urbanisme (PLU) et les exigences émises par Les Verts à cette occasion, les hésitations concernant le Plan de Déplacement de Paris qui devrait finalement être voté en février, le forcing des mêmes Verts concernant la mise en place des critères Haute Qualité Environnementale (HQE) dans le secteur du bâtiment et leur application pour les nouveaux établissements de la Ville, et bien d’autres sujets, ont fait que, sans aller jusqu’à la rupture, les relations ont changé. Si on y ajoute le fait qu’avec 24 élus, Les Verts ont au Conseil de Paris une représentation surpondérée par rapport à leur réelle implantation dans la capitale même si leur score de 2001 a été significatif (13% des suffrages) et que cette situation est dans une large mesure due à la bonne volonté du PS d’alors pour lequel leur reconnaissance n’a pas été à la hauteur de ce que le PS pouvait attendre, la préparation des élections législatives puis municipales se présente clairement dans un climat différent de celui de 2001/2002. Pour preuve, les réticences actuelles du PS à donner aux Verts plus de circonscriptions gagnables à Paris lors du scrutin législatif, seuls, semble t-il, Denis Baupin et Yves Contassot étant assurés de pouvoir être candidats en position de gagner alors que Pénélope Komitès, également Adjointe au Maire de Paris, aimerait bien que le PS lui fasse aussi une place dans une circonscription gagnable.

    Paradoxalement, notre 9ème est dans une situation presque inverse. Même si les relations entre le Maire Jacques Bravo (PS) et les 3 élus Verts de l’arrondissement n’ont pas toujours été de tout repos (cf. l’application des normes HQE pour l’immeuble abritant la nouvelle école de la rue de Rochechouart par exemple), l’équipe est soudée et fonctionne bien. Malgré cette situation, Nicole Azzaro, Conseillère de Paris (Les Verts) et Adjointe au Maire du 9ème en charge de l’aménagement de l’espace public et de l’écologie urbaine, a reçu l’investiture de son parti pour être candidate dans la 4ème circonscription (8ème/9ème arrondissements) et sera donc opposée à Corine Barlis, Première Adjointe (PS) au Maire et à Pierre Lellouche (UMP), pour les élections législatives. Elle fait un tandem avec Yan Fournet, issu du monde associatif et habitant de l’arrondissement. Lorsqu’on demande à Nicole Azzaro les raisons de cette candidature, la réponse est simple : porter une parole différente. Que ce soit sur les transports, l’économie sociale et solidaire, la Démocratie participative ou plus généralement sur les rapports Nord/Sud, Les Verts souhaitent faire entendre un message différent, considérant que l’union dissout la parole. Nicole Azzoro est parfaitement consciente de la difficulté de son combat dans une circonscription difficile, mais ses convictions la poussent à parler des sujets qui lui tiennent à cœur.

    Quant aux élections municipales, aucune décision n’est encore prise. Beaucoup de facteurs vont entrer en jeu mais il est sûr que Les Verts, et Nicole Azzoro en particulier, tiennent beaucoup à leur implantation locale dans l’arrondissement. Une Assemblée Générale du groupe local (9ème arrondissement) se tiendra en Mars pour désigner les candidats, liste que devra être approuvée aux niveaux régional puis national, alors attendons !

  • Manifestation de soutien rue Turgot

    Samedi 27 s’est déroulée une manifestation de soutien à Khaled Hammani devant l’école de la rue Turgot. Initiée par la Fédération des Conseils de Parents d’Elèves du 9ème, avec le soutien actif de la Ligue des Droits de l’Homme et de la Mairie du 9ème, cette manifestation, qui a regroupé environ 200 personnes, voulait exprimer la solidarité des habitants du quartier à ce ressortissant tunisien.

    medium_DSCN3117.JPG

    Quelle est la situation ? Arrivé en France il y a dix ans, Khaled Hammani est père de deux enfants (3 et 6 ans dont le plus âgé scolarisé à l’école de la rue Turgot) vit dans le quartier Trudaine Rochechouart. Arrêté lors d’un simple contrôle d’identité, sa situation irrégulière lui a valu une décision de reconduite à la frontière par la Préfecture de Police, décision confirmée le 22 janvier par le Tribunal Administratif. Placé dans un centre, il fut remis en liberté par un Juge des Libertés car présentant des garanties de représentation, charge à lui de se présenter au commissariat de police du 9ème tous les jours. Son recours devant la Cour d’Appel Administrative de la décision du Tribunal n’étant pas suspensive de la peine, venir « pointer » au commissariat signifie en fait pour lui une seconde arrestation et l’application immédiate de reconduite à la frontière le séparant ainsi de sa famille. Il vit donc aujourd’hui dans la clandestinité en attendant la décision de la Cour d’Appel qui n’interviendra pas avant plusieurs semaines. Le Tribunal n’a pas encore publié les motivations de sa décision de reconduite à la frontière et le fera dans les prochains jours. Comme cela arrive le plus fréquemment, il y a fort à parier que la décision du Tribunal s’appuie sur le manque de justificatifs attestant de son installation en France.

    La Cour d’Appel rejugeant l’affaire au fond, la FCPE et la Mairie du 9ème se sont mobilisées. Le Maire de l’arrondissement a écrit au Préfet de Police de Paris, lui a permis de trouver un avocat pour traiter son dossier. La FCPE quant à elle fait circuler une pétition de soutien. Au-delà des divergences qui peuvent exister sur un sujet sensible, nous sommes ici confrontés à un drame humain, d’enfants nés en France qui seront français à leur majorité et qui risquent d’être  séparés de leur père. On ne peut pas rester insensible à cette situation. Si vous souhaitez participer à la pétition, vous pouvez la télécharger sur ce blog et après l’avoir signée, la déposer dans la boite aux lettres de la FCPE à l’école de la rue Turgot.