Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pass-navigo

  • La RATP se met à l'heure du Louxor

    Par le nez de Cléopâtre ! La RATP voudrait-elle accompagner l'ouverture du Louxor ?

    paris,10e,Louxor,RATP,transport

    Une brève lue dans le Parisien du 26 mars, que nous reprenons ci-dessous, nous a amusés, car l'ouverture du Louxor fait beaucoup de bruit dans la presse et dans les médias en général. Est-ce au point d'influencer les agences de communication qu'emploie la RATP ? Ou bien est-ce un certain retour à l'égyptomania dont aime nous parler Jean-Marcel Humbert (Président des Amis du Louxor) avec toujours autant de fougue ?

    Un oubli qui peut coûter cher. Depuis hier, il vous en coûtera une amende de 5 € si vous ne validez pas votre passe Navigo en montant dans les bus ou tramways de la RATP. 30 € si vous ne payez pas tout de suite. « Nous avons lancé une campagne de communication en février pour sensibiliser les usagers », explique la RATP. « La validation répond à un vrai besoin de l’entreprise car elle permet de connaître précisément le nombre de voyageurs et leurs horaires de déplacement afin d’adapter l’offre. Aujourd’hui, 42% oublient de le faire. » De plus, la validation des titres est maintenant l’un des indicateurs du contrat Stif 2012-2015, dont l’objectif est d’améliorer la qualité de l’offre de transport.

    Nous formulons toutefois un regret : il nous semblait que la RATP aurait pu jouer le partenariat avec son service culturel et proposer une exposition de photos relatant l'histoire du Louxor ou ses plus beaux moments, comme elle l'a si bien fait dans diversess stations parisiennes pour marquer une rénovation ou un événement particulier. Une belle opportunité ratée pour redorer la station Barbès-Rochechouart. Nous l'avions suggéré longtemps à l'avance mais notre voix n'a pas porté...
    Nous continuons toutefois à relancer la régie sur la dégradation de ses piliers, et sur sa responsabilité à les maintenir propres, mais aussi sur la tendance fâcheuse qu'ont les hommes du quartier à confondre les mêmes piliers avec des pissotières.... comme nous le rappelait encore récemment un lecteur un peu énervé.