Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

noixdecoco

  • Noix de coco et hindouisme

     

    Vous avez peut-être remarqué des tas de noix de coco, ou bien des éclats de noix de coco, dans le quartier autour de la place de La Chapelle dimanche dernier ? De quoi s’agissait-il ?

    photos --- noix de coco .jpgDe la fête de Ganesh, à laquelle la presse consacre chaque année un article dans les pages d'actualité locale.

    La fête du dieu éléphant Ganesh, et son défilé, le  Ratha Yatra, battait son plein, donc, comme tous les ans, depuis l'installation dans les années 1980 de nombreuses familles tamoules aux alentours de la rue du Faubourg Saint-Denis. En effet, des lois plus restrictives avaient alors limité l'entrée en Grande Bretagne aux réfugiés du Sri Lanka qui « choisissaient » cette terre d'exil. Ceux-ci étaient alors restés en France. Ils demeurent maintenant plutôt en banlieue, mais leurs commerces ont continué à se concentrer dans le quartier.  Ils organisèrent en 1995 pour la première fois en France le défilé de Ganesh. Depuis lors, l'audience s'est amplifiée, sans atteindre toutefois les dimensions de la fête à Londres, bien sûr, où les Indiens hindouistes, ou Britanniques d'origine indienne, sont infiniment plus nombreux.

    Ganesh est donc le dieu éléphant, fils de Shiva et de Pavati, considéré comme le dieu de l'intelligence et de l'éducation. Sur le parcours de la procession, pour s'attirer ses faveurs, les fidèles sont supposés lui adresser des offrandes et parmi elles, des noix de coco, qui sont cassées en mille éclats sur le pavé parisien. On dit que des tonnes de noix de coco ont été importées d'Inde ces jours derniers pour cet usage.

    Pour en savoir plus, lire un ouvrage édité chez Autrement, en 2008, de André Mary :En-territoire-tamoul-%C3%A0-Pari.gif?1283273812

    En territoire tamoul à Paris : un quartier ethnique au métro La Chapelle

    et écouter sur France Culture, un reportage récent (30 août 2010)