Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Propreté à Paris: une réunion un peu houleuse à l'Hôtel de Ville

Anne Hidalgo a invité le 5 juillet dernier associations et habitants (on ne sait d'ailleurs pas comment a été effectué le choix de ceux-ci) pour échanger sur la propreté dans la capitale. Il faut dire que l'exaspération est grande et si on suit ce qui s'écrit sur les réseaux sociaux, on le constate chaque jour. Etait-ce une façon d'apaiser, de montrer que le problème est pris au sérieux et ce quelques semaines avant la décision du comité olympique ? Nous étions présents et n'avons pas manqué d'intervenir.

"Paris est sale, je ne supporte plus la saleté de Paris et la propreté est l'affaire de tous" a commencé Anne Hidalgo, un propos qui a suscité quelques ricanements dans la salle. Elle a ajouté que la ville avait mis des moyens supplémentaires (budget de 500 M € investissement et fonctionnement). La maire de Paris a beaucoup comparé avec d'autres capitales qui n'ont pas forcément un tel déploiement de moyens. Ces propos n'ont pas convaincu.

Rappelons nous la campagne sur la mise en place de la brigade des incivilités l'an dernier à l'automne. Depuis, elle n'est pas en place dans tous les arrondissements. N'oublions pas non plus la campagne publicitaire sur les nuisances liées aux jets de mégots. Tout cela coûte...et pour un bilan bien peu satisfaisant. Nous le disons depuis longtemps. La ville en aurait enfin pris conscience, tant mieux!

Anne Hidalgo a semblé découvrir que la RATP laissait trainer ses poubelles dehors sur certaines lignes de métro! De qui se moque t-on? Voilà des années que nous alertons les arrondissements du 10e (dépôt devant la gare de l'Est et du 18e à Barbès notamment). Nous avions même tenu une réunion sur site avec des responsables de la RATP il y a plus de dix ans. Pourquoi cette tolérance perdure t-elle puisque la propreté est l'affaire de tous?

paris,dpe,propreté,mao peninou,corbeilles de rue,mégits,tri sélectif

Allez un exemple, c'était en avril 2015 terre plein du fg St Martin devant la gare de l'Est

La maire souhaite la création de "conférences citoyennes" à l'échelle des arrondissements pour déterminer localement et finement les actions à mener. Encore un dispositif supplémentaire alors qu'il existe souvent une commission propreté dans les conseils de quartier? A qui serviront ces réunions?

Les quelque 150 personnes présentes ont réagi. La moitié des intervenants étaient du 18e allez savoir pourquoi... Ont été évoqués les problèmes de prolifération des rats, la situation de la porte de la Chapelle, les horaires de sortie des containers non respectés (particulièrement par certains bailleurs sociaux), la fréquence des nettoiements des rues, la responsabilité des commerçants/restaurateurs/artisans, la difficulté d'identifier le bon interlocuteur selon le problème et le lieu...On vous fait grâce de la liste des récriminations.

paris,dpe,propreté,mao peninou,corbeilles de rue,mégits,tri sélectif

Placette Caplat 18e samedi 8 juillet (cartons de commerces)

paris,dpe,propreté,mao peninou,corbeilles de rue,mégits,tri sélectif

Le même jour bd de la Chapelle devant l'entrée des urgences de Lariboisière, là ce sont les commerçants du marché, pourquoi se gêner.

paris,dpe,propreté,mao peninou,corbeilles de rue,mégits,tri sélectif

Nous sommes à l'arrière de la bibliothèque Goutte d'or. Voilà des semaines que nous avons demandé que les affiches soient retirées. On est pourtant sur un équipement public qui doit entretenir ses façades donc du ressort de la ville.

On a sans doute trop laissé les mauvaises habitudes gagner du terrain. Il aurait fallu reconnaitre plus tôt que la prévention n'est pas efficace. La peur  du "gendarme" et la main au porte-monnaie peuvent fonctionner Et que la ville ne se trompe pas de cible en pointant du doigt les citoyens inciviques. Ceux qui s'impliquent dans leur quartier sont justement ceux qui participent aux réunions et tentent de trouver de maigres solutions (pas toujours entendues).

Notre association sera entendue le 1er septembre par la Mission d’information et d’évaluation sur la politique parisienne en matière de propreté  à l'hôtel de ville  (Mission composée de 15 membres représentant l’ensemble des groupes politiques siégeant au sein de l’assemblée parisienne).

Commentaires

  • Merci action Barbes. Pour la prochaine réunion, s'il vous plaît, il faut parler du problème des tags dans les boulevards Barbès et Magenta. Les tags contribuent largement au sentiment de abandon et saleté du quartier.

  • Un des facteurs manifestes de la dégradation de Paris a été, paradoxalement mais logiquement, le ramassage des encombrants non plus à jours fixes mais à la demande. Un peu comme si on avait autorisé chacun à sortir ses ordures ménagères à n'importe quel moment de la journée. Or on sait que l'être humain est ainsi fait que tout déchet en attire d'autres, que déchets, tags et urine s'encouragent mutuellement, que toute incivilité tolérée en génère d'autres et que le désordre et l'anarchie se nourrissent d'eux-mêmes (par exemple dans un endroit "bordélique" comme le boulevard de La Chapelle au niveau de la placette de la rue de La Charbonnière une très forte proportion d'automobilistes s'autorise à griller le feu et emprunter le sens interdit, chose inconcevable ailleurs dans Paris). Derrière toute situation il y a des décisions techniques et politiques : en l'occurrence le choix qui a été fait est de privilégier l'individu (en lui donnant la possibilité de se débarrasser des ses affaires dans l'espace public quand il le veut), aux dépens de la collectivité (à un moment donné une personne est favorisée, mais cela défavorise tous les autres riverains, qui doivent supporter le spectacle permanent des déchets et ses conséquences). C'est la logique de la moto-crotte...

  • Pour info, à New York toutes les corbeilles de rue portent un panneau indiquant en grosses lettres : "Déchets ménagers ou commerciaux interdits. Amende 100 $". Etant donné que Paris ressemble chaque jour un peu plus au New York crasseux des années 70-80, il serait peut-être bon de s'inspirer des mesures qui ont été mises en oeuvre par Guilani pour sauver sa ville.

  • @JD Oui, à New-York, les maires Mike Bloomberg suivi aujourd'hui de Bill de Blasio ont surtout à coeur de se doter d'une unversité scientifique de haut rang (Cornell Tech) pour rivaliser avec San Francisco (Stanford) et Boston (MIT). On ne voit pas trop dans l'équipe actuelle la volonté de faire de Paris un cluster d'innovation scientifique de classe mondiale. Mieux, à chaque fois, ces campus sont accompagnés de la création d'un parc, ce qui est une bouffée d'oxygène pour les habitants. Par ailleurs, pour rester dans le quartier, où en est-on dans l'installation du Campus Condorcet? Enfin, question annexe, car jamais la municipalité ne nous a répondu la dessus: où en est on dans la mise sur une seule voie de la rue Marx Dormoy (ce qui permettrait d'y planter des arbres)?

  • Bonne idée, Espoir ! Une seule voie rue Marx Dormoy permettrait effectivement de planter des arbres pour mieux respirer et agrémenter notre quartier. Transformer cette artère en une coulée verte vers la Gare du Nord voilà un vrai objectif pour lutter contre la pollution. La municipalité pourrait aussi encourager les riverains à embellir leurs balcons et fenêtres en organisant des petits ateliers réguliers dans le quartier avec distribution de graines ou de plants. Développer les murs végétaux est également une option à appliquer pour habiller notre ville et la rendre agréable pour ses habitants.

  • J'habite à La Chapelle et suis en vacances. Pour en financer une part (je suis propriétaire) j'ai pris un guest AirBNB pour quelques jours. Son commentaire : les rues sont bruyantes et sales, vous auriez pu nous dire que l'appartement (bien que super, propre et calme) est situé dans un quartier indien.

  • @ Flora : désolé de vous décevoir, même si comme tout le monde je rêverais de voir la rue Marx Dormoy avec moins de voitures et beaucoup plus de verdure. En l'état actuel des choses, l'élargissement des espaces piétonniers ne ferait que multiplier les possibilités d'occupation indésirable de l'espace public et sa dégradation. On a en eu un bon aperçu juste après La Chapelle, dans le haut de la rue du Faubourg Saint-Denis, pourtant beaucoup moins problématque (même si l'environnement peut choquer des guests de Air BnB un peu trop sensibles ;-) : depuis que le trottoir a été élargi, des arbres plantés, la circulation des piétons n'est pas plus facile (même pour les personnes valides), et j'ai l'impression que c'est plutôt plus sale et plus encombré qu'avant. En d'autres termes : on peut faire tout ce que l'on veut pour améliorer le cadre de vie, si cela ne s'accompagne pas d'un certain retour aux règles de base, ça ne sert à rien, rien du tout.

  • Entièrement d'accord avec JD rien ne sert de dépenser argent et temps tant que l'essentiel n'est pas là....ça en devient grotesque et encore plus frustrant!

  • @JD, je ne suis pas d'accord avec vous le côté indien, rue Faubourg St Denis est beaucoup plus agréable, plus vivants avec ses commerces que le côté Marx Dormoy sans arbres mais avec ses délinquants-vendeurs à la sauvette de Maloboro et autres produits. Les arbres permettent de lutter contre la pollution de l'air, contre le réchauffement climatique, de supporter plus facilement les épisodes de canicule (qui vont être malheureusement de plus en plus réguliers), ils embellissent notre quotidien à chacun. Si New York a pu le faire, nous pouvons aussi le faire !
    @JD et Frogner au lieu de poster des commentaires défaitistes que proposez-vous pour rendre vivable notre quartier ?

  • Cet article et les commentaires m'interpellent lorsque j'ai découvert il y a quelques jours la grande consultation lancée par la mairie du 10ème et la SCNF sur le projet Paris Gare du Nord 2024 !! Je vous invite à découvrir les supports produits pour lancer ce projet qui nient complètement la situation déplorable actuelle dans laquelle se trouve ce quartier.
    Avant Paris Gare du Nord 2024, il faudrait peut être s'occuper de Paris Gare du Nord 2017 !
    Il est en effet nécessaire d'intégrer dès à présent un plan propreté / nettoyage à la hauteur pour les rues du quartier.
    Avant 2024 il faut dès à présent s'attacher à l'entretien du quartier : aujourd'hui l'état des rues voisines de la Gare du Nord sont indignes d'une grande ville comme Paris. Détritus, poubelles ouvertes jonchent les rues de ce quartier, sans parler des pissotières sauvages qui complètent ce visuel.
    Je prends par exemple le tronçon de la rue Saint Quentin, entre la rue La Fayette et le Boulevard Magenta : l'odeur d'urine et les poubelles ouvertes sont présentés 7 jours sur 7. Pourtant ce tronçon constitue un lieu de passage hyper fréquenté entre la Gare du Nord et la Gare de l'Est : il est utilisé par des milliers de français et de touristes chaque jour.
    L'état permanent du trottoir devant la crèche Kangourou de la rue Saint Quentin est tout à fait scandaleux : parents et enfants arrivent et repartent chaque jour de la crèche les pieds dans l'urine !
    Malgré nombreux courriers et contacts avec le maire du 10ème, les services de la propreté en 2016, le plan de propreté pour 2017 considère toujours ce tronçon comme non prioritaire (fréquence verte - nettoyage 1 fois par semaine). La grande largeur du trottoir à cet endroit encourage toute sorte d'individus à des trafics en tout genre et de nombreuses personnes viennent s'alcooliser sans être dérangées par les forces de sécurité. Avant Paris Gare du Nord 2024 il faut Paris Gare du Nord AUJOUR'HUI car l'état sanitaire du quartier est très préoccupant : la remise en état n'est pas couteuse il faut juste un peu de volonté et beaucoup d'engagements. Mais a priori on préfère imaginer des projets architecturaux d'envergure que de régler la vie quotidienne des habitants du quartier. Et ce n'est pas faute d'avoir signalé tout cela au maire du 10ème et aux service de la propreté. Rien ne bouge et les réponses se limitent à répéter de fausses informations comme quoi le nettoyage est fait régulièrement. RAS LE BOL.

  • L'experience du "quartier Indien" de Dominique n'est pas un cas unique... Un essai de location de notre appartement boulevard Barbes pendant les vacances a des americains nous a valu le commentaire suivant: "C'est Harlem des annees 70" avec toutes les peurs et les critiques que cela comporte: salete generale, poubelles et decharges sauvages, 'parfums' d'urine, surpopulation d'immigres africains et d'autres pays non-europeens, tags sur les volets des magasins, traffics et colportage illegaux, consommation et traffic de drogues en public, agression et insecurite, etc... Bref, la litanie habituelle dont tout le monde se plaint... mais a laquelle personne ne semble apporter de solutions, et certainement pas la Ville de Paris, ni la Mairie du XVIIIeme qui se renvoient la balle... Nous venons de faire un voyage en Grande Bretagne et le contraste est impressionnant! La notion de 'civilite' semble native aux Anglo-saxons, alors que qu'elle semble totalement absente dans notre pays. C'est, je suppose le resultat des annees de libertaion intellectuelles des annees 60 avec son slogan "il est interdit d'interdire". C'est pourtant la qu'il faut commencer: appliquer la loi et ne rien laisser passer. Harlem s'est finalement transformee grace a un plan de 'Tolerance Zero' mis en place par Giuliani..

Écrire un commentaire

Optionnel