Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Conseils de quartier : le sondage

Nous vous avons proposé du 31 mars au 18 avril de vous exprimer à propos des Conseils de quartier. Voici les résultats de ce sondage* :

Nombre de visiteurs du blog  du 31 mars au 18 avril : 4946

Nombre de votants : 17

Parmi lesquels :

  • 47% de satisfaits de l’actuel découpage géographique de notre arrondissement
  • 53% de non satisfaits

 

Autant dire que ce sondage n’a aucune signification quant au sujet traité. Il a néanmoins une signification autre. 17 votants sur 4946 visiteurs, soit 0.34% de lecteurs ayant voté ! Intéressant non ? Sauf à penser que seulement 0.34% des lecteurs de ce blog sont du 9ème arrondissement !

 

Conseils de quartier :
Le découpage en 5 quartiers (Lorette-Martyrs, Clichy-Trinité, La Fayette-Richer, Trudaine-Rochechouart, Provence-Opéra) tel qu'il existe dans notre arrondissement aujourd'hui est :

- satisfaisant et peut être maintenu

- n'est pas satisfaisant et doit être modifié

Commentaires

  • A mettre en balance avec le nombre de commentateur réguliers...

    Et si c'était pareil dans les Conseils de quartier eux-même?

  • la remarque de Tonio sonne comme un glas!
    Pourquoi les conseils de quartier dans le 9e déplacent-ils peu de foule ?
    J'appartiens à un CQ du Nord-Est de l'arrondissement qui rassemble, d'une séance à l'autre, environ 30 à 50 participants. Le collectif est constitué de 7 membres et de 7 suppléants; notons que la différence entre titulaires et suppléants est assez floue. C'est un CQ relativement actif, comparé à d'autres dans le sud de l'ardt, mais ce qu'on appelle actif ici est morose là. Pourquoi ? Plein de raisons.
    Le collectif d'animation tiré au sort parmi les candidats (souvent rares) a du mal à former une équipe d'animateurs. Or sans animation structurée et motivée, aucun groupe ne peut engager valablement une action et encore moins convaincre d'autres citoyens de les suivre. On arrive bien à organiser un repas de quartier ou un fête pour les enfants... mais n'est ce pas un genre de comité des fêtes rebaptisé, une sorte de kermesse de village.
    Rien à voir avec les concertations qu'on pourrait proposer à des comités de citoyens intéressés par les questions de leur temps, de leur ville... et surtout en conformité avec ce que devaient devenir les conseils de quartier.
    Dans certains quartiers, ceux-ci existent. Pourquoi alors ? On peut avancer des réponses, sans garantir qu'elles soient justes, bien sûr, juste des suppositions.
    1/ L'équipe d'animation dispose de plus d'autonomie: les habitants n'ont pas l'impression de venir écouter les hommes ou femmes politiques élus dans leur mairie...
    2/ Par chance, il se trouve au sein de l'équipe un ou deux leaders (on est obligé d'admettre que cela aide!), qui est parvenu à fédérer un groupe de personnes qui consacrent un peu de leur temps et de leur énergie, bénévolement.
    3/ les sujets proposés en CQ ont trouvé un public, peut-être parce que l'équipe a su écouter les sujets qui préoccupent ses voisins de quartier
    4/ la communication est plus efficace : l'équipe elle-même cherche à élargir le cercle des participants au CQ
    D'autres encore certainement.

    Autre solution : la vie est tellement belle dans le 9e, les problèmes si rares, les gens tellement heureux, ..... pourquoi investir ces dispositifs de démocratie participative si on a rien à y dire, rien à en dire, rien à y apporter!

  • Ben, Lise a tout dit, tout compris !

  • Dans son paragraphe final? :-)

    Plus sérieusement, il est prévu que l'autonomie et les moyens des conseils de quartier du neuvième soient augmentés. Il faut améliorer leur publicité (pourquoi pas des affichettes chez les commerçants?). Pour le reste, il faut qu'il y'ait des volontaires qui s'en occupent, sinon c'est pas la peine d'en causer.

  • non c'est l'inverse Tonio, il faut en causer pour qu'il y ait des volontaires

  • On s'est mal compris, nous disons la même chose: il faut en causer pour rendre les enjeux publics: affichettes chez les commerçants.

    Mais si y'a pas d'équipe dans un CQ, c'est pas la peine de discuter le bout de gras entre nous pendant des heures pour se demander pourquoi il ne s'y fait rien. J'ai bien connu ça dans les assos. Y'a des moments où des gens font turbiner, et des moments où la relève n'est pas venue. C'est aussi simple que ça.

Les commentaires sont fermés.